Le développement de la technique permet-il aux hommes d’acquérir une plus grande liberté ? (plan possible)

Problématisation schématique :

Idée A : En mettant à notre dispositions des objets rendant possible un élargissement de nos possibilités d’agir, le développement de la technique semble de manière évidente augmenter notre liberté, puisque plus nous avons de possibilités, plus nous avons de choix, et donc plus sommes  libres.

Idée B : Néanmoins, les objets techniques dont nous disposons dans notre vie quotidienne peuvent avoir des effets pervers, non voulus au départ ; nous nous accoutumons à eux, au point que nous en devenons dépendants ; et, à force de devenir dépendants des objets, nous perdons notre liberté.

Plan :

I) Le développement de la technique multiplie nos possibilités d’actions

A) Finalité de l’objet technique : augmenter la puissance humaine, car l’homme ne peut se contenter des forces qui lui sont données par la nature ; dès son commencement, le développement technique a permis d’augmenter concrètement notre liberté d’agir

B) Le développement technique, en s’accélérant, a permis une véritable émancipation de l’humanité : l’homme moderne d’aujourd’hui n’a plus grand chose à voir avec l’homme sans technique d’antan, qui était soumis à l’ordre implacable de la nature (par la technique, l’homme se fait « comme maître et possesseur de la nature »)

C) En continuant, le développement technique nous permettra peut-être non seulement de maîtriser la nature mais peut-être même de la dépasser (transhumanisme : l’homme va peut-être créer lui-même l’espèce qui va lui succéder, une espèce supérieure entièrement fondée sur la technique et qui aurait une puissance d’action telle qu’il aurait une liberté largement plus grande que la nôtre : c’est être libre au sens où nous dépassons nos limitations naturelles)

II) En se développant, la technique engendre toutes sortes d’effets indésirables qui nuisent à notre liberté

A) Effet indésirable de la dépendance : nous oublions comment nous servir de notre corps, de notre intelligence ; plus un homme est dépendant des techniques, et plus il est ridiculement faible et impuissant quand il est séparé de ces techniques (les exemples contemporains sont nombreux, mais pour être plus original, on peut penser au film Wall-E qui montre une humanité obèse qui ne sait presque plus marcher tellement la dépendance à la technique est grande)

B) Effet indésirable de la surveillance : les objets techniques sont devenus tellement connectés les uns aux autres de manière terriblement efficace, que les autorités publiques peuvent avec une grande aisance nous contrôler (il ne faut pas tomber dans la caricature comme trop de personnes le font si facilement, mais à partir de cas concrets comme les caméras de surveillance dans les lieux publics et surtout l’émergence des réseaux sociaux, on peut envisager l’hypothèse d’une perte de liberté avec le risque de disparition de la vie privée)

C) Effet indésirable de… la disparition de l’humanité : peut-on réellement voir une augmentation de la liberté dans le fait de voir l’humanité se dépasser elle-même ? En augmentant les puissances naturelles de l’humanité par la technique, on risque de dissoudre l’humanité elle-même : en croyant augmenter notre liberté, on la détruit elle et ce qui fait notre nature (mauvais argument sans doute, mais il est judicieux de l’exposer pour pouvoir le dépasser au cours de la troisième partie)

III) La technique est simplement un accroissement de la puissance ; en fonction de l’usage qu’on en fait, elle diminue ou augmente la liberté

A) Neutralité de l’objet technique : même si les objets techniques nous déterminent et influencent notre comportement, nous sommes responsables de l’usage qu’on en fait ; les personnes qui se plaignent de la perversité de l’objet technique se trompent de cible : c’est la nature humaine qui est perverse et qui a tendance a faire un mauvais usage de ses capacités

B) Il n’y a donc pas de sens à dire, sans contexte, que la technique augmente ou diminue notre liberté : tout dépend de l’usage que l’homme en fera ; il faut donc lier le problème de la liberté et de la technique à celui de la psychologie humaine et à celui de la politique

C) En définitive, la technique change notre rapport au monde, car notre espace d’action devient profondément différent avec l’apparition de nouveaux objets techniques qui révolutionnent nos capacités ; mais c’est encore à l’homme lui-même de faire un bon usage de ces capacités : on ne peut pas dire à l’avance si la technique future nous asservira ou nous libèrera, car nous ne pouvons pas savoir quels seront les choix faits par l’être humain

Conclusion :

Il faut rappeler que la technique ne constitue pas une classe d’objets autonomes, ils ne déterminent pas par eux-même notre degré de liberté ou de servitude ; comme le dit Simondon : « Loin d’être le surveillant d’une troupe d’esclaves, l’homme est l’organisateur permanent d’une société des objets techniques qui ont besoin de lui comme les musiciens ont besoin du chef d’orchestre ». Il ne dépend que nous d’être un bon ou un mauvais chef d’orchestre.

(N.B : la série anglaise Black Mirror fournit de nombreuses pistes de réflexions pour traiter de manière intéressante un sujet de ce genre)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :