Schumpeter — Le mythe de la volonté générale

En premier lieu, il n'existe aucune entité consistant dans un bien commun uniquement déterminé sur lequel tous les hommes puissent tomber d'accord ou puissent être mis d'accord par la force convaincante d'arguments rationnels. L'absence d'une telle unité de vues ne tient pas primordialement au fait que certaines personnes peuvent désirer autre chose que le bien... Lire la Suite →

Wittgenstein critique de Freud – Sélection de textes

Moi aussi, j'ai été très impressionné lorsque j'ai lu Freud pour la première fois. Il est extraordinaire. — Bien sûr, il est plein d'idées qui ne sont pas nettes, et son charme et le charme de son sujet sont tellement grands que vous pouvez aisément être mystifié. Il souligne toujours quelles grandes forces dans l'esprit,... Lire la Suite →

Penser n’est pas croire – Alain

Penser n’est pas croire. Peu de gens comprennent cela. Presque tous, et ceux-là mêmes qui semblent débarrassés de toute religion, cherchent dans les sciences quelque chose qu’ils puissent croire. Ils s’accrochent aux idées avec une espèce de fureur ; et, si quelqu’un veut les leur enlever, ils sont prêts à mordre. Ils disent qu’ils ont... Lire la Suite →

Mes désirs m’appartiennent-ils ?

Mes désirs m’appartiennent-ils ? Rien ne semble davantage me définir et m’appartenir que mes désirs. Je me définis essentiellement par mes aspirations, mes tendances vers tel ou tel idéal ; ma vie se construit progressivement au fil de l’accomplissement de mes désirs. Si je peux penser que je contrôle mon existence, c’est précisément dans la... Lire la Suite →

L’existence et le temps

L’existence et le temps I) Définition du temps Le temps est ce qui fait, et même ce qui fait que tout se fait. — Bergson II) Caractère insaisissable du temps Le temps apparaît comme une évidence : nous sentons tous sa présence intuitivement. Cependant, dès que nous essayons de le penser, nous avons un sentiment... Lire la Suite →

L’habitus — Bourdieu

L’habitus, comme le mot le dit, c’est ce que l’on a acquis, mais qui s’est incarné de façon durable dans le corps sous forme de dispositions permanentes. La notion rappelle donc de façon constante qu’elle se réfère à quelque chose d’historique, qui est lié à l’histoire individuelle, et qu’elle s’inscrit dans un mode de pensée... Lire la Suite →

Georges Santayana — Etre conscient, c’est porter un masque

Que nous arborions une mine réjouie ou une mine triste, en l’adoptant et en l’affichant nous déterminons nos traits de caractères dominants. Désormais, aussi longtemps que nous demeurons sous l’emprise de cette conscience de soi, nous ne faisons pas que vivre, nous agissons ; nous composons et nous jouons le personnage de notre choix, nous... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :